Pôle Droit de la famille

Fondé par des étudiantes de l’Université Paris I en Octobre 2017, le Pôle droit de la famille a pour objectif primaire de renforcer l’appréhension psychologique du droit par les adhérents.

 

Dans son ouvrage « Flexible de droit », Jean Carbonnier qualifiait le droit de la famille de « pilier » de la société , il relève ainsi son importance mais surtout son omniprésence dans les relations entre les individus.

 

En effet, le champ d’application ratione personae et ratione materiae du droit de la famille est extrêmement étendu. « Chacun sa famille, chacun son droit » (J. Carbonnier, « Essais sur les lois ») illustre parfaitement la caractéristique principale du droit de la famille : sa diversité. Cette diversité se décline sous deux formes : d’une part, une diversité quant aux sources du droit de la famille qui peuvent être tant de nature internationale (droit de l’Union européenne, convention européenne des droits de l’Homme, conventions internationales) qu’interne (sources législatives ou encore constitutionnelles). L’accroissement des sources du droit de la famille conduit à un manque de clarté pour le justiciable qui ne sait à quelle règle de droit se vouer.

 

D’autre part, la pluralité des formes de conjugalités poussent les requérants à se poser de nouvelles questions souvent techniques sur des questions tant patrimoniales qu’extrapatrimoniales relatives à leur couple et plus généralement à la famille dans son ensemble.

 

Ainsi, bien qu’il soit omniprésent au sein de notre société, le droit de la famille reste souvent méconnu et considéré comme technique.

 

Le but de notre pôle est double :

1) Mettre en place un aspect informatif qui consiste à permettre aux justiciables un meilleur accès au droit de la famille et leur exposant le droit en vigueur sur des questions données (telles que la garde d’enfant, le PACS, etc.).

2) Mettre en place un aspect contentieux qui consiste à aider les individus qui récusent certaines institutions familiales légales à trouver des solutions alternatives (Aménagement de la vie commune des couples non mariés ou encore Médiation) et permettre à d’autres d’obtenir une aide dans une variété de cas (Aide dans la rédaction de documents et constitution de dossiers, aide des enfants mineurs dans les conflits familiaux, préparation et accompagnement dans un cadre judiciaire, orientation de démarches juridiques etc…).

Directrice : Shanna SPITZ

Co Directrices: Maeva ATCHIAMAN et Léa FETY